La meilleure stratégie pour empêcher les mauvaises herbes de s’installer en agriculture biologique est d’utiliser le paillage au lieu des herbicides chimiques : cela vous permettra d’éviter les heures de travail consacrées à l’éradication manuelle des mauvaises herbes.

C’est un peu comme ce qui se passe lorsqu’une feuille tombe sur un arbre à sa base pour occuper l’espace et rendre difficile la croissance de toute mauvaise herbe.

Tous ceux qui font le jardin devraient apprendre à utiliser le paillis : les avantages qu’il apporte sont nombreux et permettent au jardinier d’économiser beaucoup de travail. Utiliser des matériaux naturels comme les feuilles, la paille et le compost comme paillis ne coûte rien. Vous pouvez également utiliser des feuilles de paillage pour recouvrir le sol, fabriquées à partir de matériaux biodégradables et non polluants.

A quoi sert le paillage ?

Le paillage présente de nombreux avantages autres que la lutte contre les mauvaises herbes, il est donc essentiel de comprendre quand et comment le paillage peut être bénéfique. Il s’agit d’une aide précieuse pour le jardin biologique.

  • Lutter contre les mauvaises herbes. En plus de réduire la quantité de travail, il permet au producteur de renoncer à l’utilisation d’herbicides nocifs sur la culture. Vous trouverez plus d’informations sur la manière de lutter contre les mauvaises herbes sur la page consacrée à ce sujet.
  • Conserver l’humidité du sol. En plus d’économiser de l’eau et du temps, cette caractéristique contribue à l’intérêt du paillage en été et dans les zones arides.
  • Conserver la chaleur du sol. En protégeant les cultures comme une couverture contre le gel, le paillis permet de ne pas nuire au changement climatique. En hiver, le fait de recouvrir les plantes de toiles noires permet au soleil de les réchauffer davantage.
  • Fournir de la matière organique. En paillant avec de la matière végétale, on ajoute de la matière organique au sol. En se décomposant, le matériau de couverture enrichit le sol.
  • Conserver la souplesse du sol. La couverture empêche le sol de se dessécher, ce qui le rend plus souple et évite à l’horticulteur d’avoir à aérer le sol avec le sarcloir.

Avantage du paillage : toutes les raisons de pailler

Le paillage de votre potager présente de nombreux avantages. Examinons-les d’un peu plus près, un par un.

Lutte contre les mauvaises herbes

Au cours des trois premières semaines suivant la plantation, les mauvaises herbes peuvent concurrencer les plantes potagères et leur prendre des nutriments, de l’eau et de la lumière. Les méthodes suivantes se sont avérées efficaces pour éliminer les mauvaises herbes : le paillage, les herbicides et les pesticides de post-émergence.

Les feuilles de paillage constituent une véritable barrière physique contre la croissance des mauvaises herbes puisqu’elles couvrent toute la surface de la parcelle. À cet effet, elles sont de loin les plus efficaces puisqu’elles couvrent toute la surface et ne sont interrompues que par les plantes plantées à des fins agricoles. Il est possible que des plantes se frayent un chemin à travers le paillis de paille ou d’autres matériaux naturels. Bien que cela puisse être problématique, les espèces sauvages en petites quantités ne sont généralement pas nuisibles aux cultures.

Maintenir le sol humide

En plus de maintenir l’humidité du sol, le paillis le garde également au frais en absorbant les effets directs du soleil et en empêchant une certaine évaporation. L’eau est concrètement économisée, et le travail aussi : plus besoin d’arroser le jardin aussi souvent.

En ajoutant de l’humidité au sol grâce à un paillage humide, nous pouvons apporter plus d’humidité tout en évitant la formation de moisissures.

L’utilisation d’une bâche ou d’une natte en plastique forme une barrière de paillage qui transpire très peu, ce qui peut sembler un avantage pour assurer une évaporation moindre. Le paillis est moins nocif, car il permet à l’oxygène de circuler dans le sol, préservant ainsi les microbes sains.

Protéger les racines des plantes du froid

En hiver, le paillis est étendu comme une couverture sur les “pieds” des plantes, ce qui les rend plus résistantes au gel et permet de prolonger la culture du jardin d’hiver.

La capacité de réchauffement d’un paillis peut être renforcée par les propriétés isolantes de la couverture et par sa décomposition. Si l’on utilise des feuilles noires, la couleur sombre reflète les rayons du soleil et les réchauffe davantage. Cette capacité à absorber la chaleur peut devenir problématique pendant l’été lorsque le soleil est fort et qu’il peut brûler les plantes.

Gardez le sol souple

Un sol souple et non compact est très important pour obtenir de bons résultats de culture, et nous avons également parlé de la façon dont les intempéries peuvent créer une croûte de surface négative pour le potager.

Les couvertures de sol empêchent également le compactage, ce qui signifie qu’elles limitent les effets néfastes de la pluie et de la grêle, ainsi que le séchage par le vent et le soleil. Lorsqu’il s’agit de cultiver des légumes à racines ou à bulbes, comme les oignons, les carottes ou l’ail, le paillage est particulièrement utile.

De même, la protection du sol peut être bénéfique pour limiter l’érosion, notamment dans les zones sujettes au ruissellement lors de périodes de pluies persistantes.

Le paillage des parcelles surélevées ou l’utilisation de bancs dans les jardins synergiques est également un moyen efficace de prolonger la durée de vie des parcelles.

Enrichissement en matière organique

L’ajout de paillis naturels au sol permet de l’enrichir en amenant la matière organique à la surface et en permettant au paillis de se dégrader naturellement. Cela permet d’assouplir le sol et de le fertiliser, car tous les éléments nutritifs contenus dans le couvert végétal (qu’il s’agisse de paille, de feuilles ou de feuilles d’amidon de maïs) vont, à terme, se décomposer et devenir disponibles pour les futures cultures.

Bien qu’il ne puisse pas remplacer la fertilisation, un bon paillis y contribue de manière positive.

Un paillis doit être composé de matières organiques afin d’enrichir le sol. Si l’on utilise du plastique de ce point de vue, il ne sera d’aucune utilité, il faudra même veiller à ce qu’il ne reste aucun éclat de plastique. En ce qui concerne l’agriculture durable, il est fortement conseillé d’éviter le plastique et d’utiliser plutôt des chiffons de flanelle.

Prévenir les problèmes d’insectes et de maladies

Le paillage peut également aider à résoudre les problèmes d’insectes ou de maladies fongiques dans certains cas.

Inconvénients du paillage

Du foin qui peut etre utiliser en paillage mais qui peut couter cher

S’il existe de nombreuses raisons d’utiliser du paillis dans le jardin, il y a aussi des inconvénients potentiels :

  • Les plantes peuvent être enterrées et étouffées par un surpaillage.
  • Le paillis peut fournir un endroit où les parasites peuvent se dissimuler.
  • Si vous ne le faites pas correctement, vous pouvez faire cuire vos plantes avec un excès de chaleur.

Lorsque vous paillez avec un matériau organique, une couche de 2 à 4 pouces est suffisante. Si le matériau est plus fin, la couche doit être plus mince.

Malheureusement, le paillis constitue une cachette parfaite pour les limaces, les escargots et autres parasites. Les limaces et les escargots n’embêteront pas vos précieuses plantes si vous versez des tasses de bière peu profondes autour de leur base, ou si vous saupoudrez des cendres de bois autour de leur base.

Le même effet peut être obtenu avec des feuilles enchevêtrées, veillez donc à ce qu’elles soient préalablement déchiquetées ou hachées.

Les paillis ligneux, comme la sciure ou les copeaux de bois frais, peuvent éliminer l’azote du sol en se décomposant. Pour minimiser cet effet, ajoutez au paillis des engrais riches en azote, comme de la farine de soja, de la farine de luzerne ou de la farine de graines de coton.

Un autre inconvénient du paillage est que cette méthode est plutôt coûteuse. À moins que vous ne disposiez de grandes quantités de matières organiques (paille, feuilles, écorces). Le coût du paillage de votre potager commence à augmenter si vous dépassez les 500 mètres carrés, en fait. Dans ce cas, vous pouvez envisager d’utiliser un autre type de paillage : celui avec des feuilles.

Paillage naturel : Quelles matières organique utiliser ?

Pour le petit jardinier et une ressource gratuite, le paillage naturel avec des déchets végétaux peut être sans doute le meilleur choix. De plus, ce sont des matériaux respirants qui laissent passer l’air et l’eau.

Les matériaux suivants peuvent être utilisés pour le paillage naturel :

  • La paille.
  • Feuilles séchées.
  • L’écorce.
  • Tontes de gazon.
  • Mulching (tontes de gazon déchiquetées).
  • Sciure de bois.
  • Compost.
  • Brindilles déchiquetées.
  • Aiguilles de pin (pour les plantes acidophiles).

Il est important de choisir le matériau de paillage avec soin : si le paillis est trop frais, il risque de pourrir ou de se décomposer et de trop chauffer le sol. D’autre part, les morceaux d’écorce ont l’inconvénient de se décomposer lentement et sont plus adaptés au paillage d’arbres pérennes qu’à l’aménagement de jardins. Les aiguilles de pin fraîches peuvent contribuer à rendre le sol trop acide et donc à le vider de son azote.

C’est pourquoi je recommande les feuilles et la paille pour la culture. Ce n’est pas un hasard si l’important “fil de paille” de Masanobu Fukuoka est crucial pour une agriculture synergique et naturelle.

Il est important de prendre des précautions lors de l’utilisation de paillis végétaux, afin de ne pas transporter des herbes sauvages.

Feuilles de paillage / Toiles de paillage

La toile de paillage est un outil pratique pour ceux qui cultivent des légumes de manière professionnelle, ou en tout cas pour tous ceux qui disposent de beaucoup d’espace.

Elle est généralement achetée sous forme de feuilles pliées ou de rouleaux. Les rouleaux de toile offrent différentes largeurs et peuvent être pré-marqués avec les tailles des légumes à planter, facilitant ainsi l’établissement d’un champ ordonné. Il est certainement plus pratique de se procurer des rouleaux de bâche et de les stocker que de la matière organique. L’épandage de la bâche est assez rapide et peut se faire avec un équipement agricole sophistiqué.

Les feuilles de plastique que nous utilisons peuvent être réutilisées d’année en année si elles sont résistantes, ou elles peuvent être remplacées par des paillis jetables qui restent dans le sol, et des feuilles biodégradables. Bien que la feuille doive être jetée chaque année, cela évite aux ouvriers agricoles le travail de l’enlever après la récolte. Le film plastique, produit jetable couramment utilisé qui se désagrège souvent en laissant des fragments polluants dans le champ, est le pire matériau.

Même en achetant une feuille d’amidon de maïs, il vaut mieux s’assurer qu’elle est 100% naturelle et qu’elle se décompose rapidement pour ne pas ruiner le sol.

Types de bâches :

  • Feuille de Materbi. Biodégradable après utilisation et disponible ici.
  • Jute naturel (donc respirant et biodégradable).
  • La serviette anti-algues est en polyéthylène réutilisable pendant plusieurs années.
  • Les serviettes en plastique jetable (à éviter pour des raisons écologiques).

Quels légumes nécessitent un paillage ?

Le paillage est très utile pour un certain nombre de légumes, vous pouvez pailler pratiquement toutes les cultures du potager.

Les plantes qui se développent peu en hauteur et qui nécessitent une couverture du sol sont celles qui en bénéficient le plus.

Les avantages du paillage comprennent le contrôle des mauvaises herbes dans les salades et les fraises, ainsi que la protection de l’humidité du sol pour les légumes lorsqu’ils touchent le sol. Il profite aux légumes-racines comme les oignons et l’ail. Pour les cultures d’été comme les poivrons, les aubergines et les tomates. Les légumes d’hiver comme le chou et le radicchio bénéficient le plus d’un maintien de l’humidité, alors qu’ils doivent être protégés du gel. Ce type de couverture du sol profite à pratiquement tous les légumes.

Un inconvénient du paillage est qu’il sera impossible de tasser les plantes, donc pour certaines cultures comme les pommes de terre et le fenouil, il vaut mieux éviter le paillage et ne faire que désherber et tasser régulièrement.

Choix du matériau : que faut-il utiliser pour le paillage ?

Il est courant d’utiliser de la paille, de l’herbe coupée, des feuilles ou des plantes grimpantes pour pailler le potager. Afin d’éviter la formation de moisissures et de maladies fongiques, il suffit de faire attention au fait que le matériau organique ne contienne pas de graines de mauvaises herbes et soit bien séché. Par conséquent, l’utilisation de tontes de gazon ou de pelouse peut avoir un effet négatif sur la gestion des mauvaises herbes. Dans certains cas, il est également intéressant de pailler avec du compost, qui doit toujours être bien mûr. Parmi les matériaux naturels, le meilleur est la paille, pour ses résultats et sa facilité d’utilisation.

Le paillage peut aussi se faire avec des toiles de jute, qui est complètement biodégradable. La jute est idéale, mais malheureusement très chère.

Il existe également des feuilles de plastique, elles sont moins écologiques mais n’adhèrent pas au sol, il est donc préférable d’utiliser des feuilles plus épaisses qui peuvent être réutilisées plusieurs fois. Il est possible d’obtenir une matrice pratique de la sixième plantation en utilisant la feuille pour une culture du même type. Vous devez également prendre soin de nettoyer et de sécher la feuille de paillage si vous souhaitez la réutiliser dans le potager suivant afin d’éviter la propagation de maladies cryptogamiques.

En couvrant le sol près des légumes avec une feuille noire, vous pouvez mieux capter la lumière et réchauffer indirectement le sol, ce qui peut être bénéfique dans certains cas, mais peut aussi être néfaste si la chaleur est trop intense.

Un paillis naturel est réalisé en étalant des feuilles et de la paille autour d’une plante, cette méthode d’utilisation convient aussi bien au semis direct qu’au repiquage.

Si l’on souhaite semer directement en plein champ, il faut utiliser la feuille percée lors de l’épandage puis percée lors du repiquage.

Culture biologique et paillage

L’utilisation de paillis permet de lutter efficacement contre les mauvaises herbes, ce que les désherbants chimiques ne peuvent pas faire en horticulture biologique, ce qui permet d’économiser beaucoup de temps et de main-d’œuvre. Le paillage est également bon pour l’environnement car il conserve la chaleur et l’humidité dans le sol, ce qui protège les plantes et réduit le besoin d’arrosage.

Pour ces raisons, le paillage est non seulement recommandé par tous les pères de l’agriculture naturelle, mais aussi dans l’agriculture synergique et biodynamique. L’exemple le plus célèbre est celui de Fukuoka, mais il est également recommandé dans l’agriculture naturelle.

Malgré le fait que la nature n’a pas de sol nu, sauf dans les déserts, il est facile de voir comment un manque d’herbe ou de couverture peut être malsain.