La plupart des personnes qui se passionnent pour un mode de vie durable en harmonie avec la nature découvrent tôt ou tard la permaculture. Et il est difficile de ne pas le faire, car il s’agit d’un phénomène mondial en pleine expansion !

Beaucoup de ceux qui découvrent la permaculture expérimentent ce que nous pourrions appeler “l’effet permaculture”, un sentiment de changement profond ou de prise de conscience, une volonté de sortir des sentiers battus et d’arrêter de faire partie du problème pour commencer à faire partie du changement.

Par où commencer ? La réponse est : dans votre propre jardin !

Si vous n’avez pas de jardin, même un simple balcon peut suffire pour être productif et aider la planète à faire la différence, mais aussi pour vous aider à maintenir un lien avec la nature.

Si vous n’avez même pas de balcon, il y a toujours la possibilité de participer à un jardin communautaire où vous pouvez aménager votre propre espace et vous consacrer à vos propres cultures.

Une autre possibilité est d’aider à concevoir et à entretenir le jardin d’un ami qui n’est pas intéressé par le jardinage ou l’horticulture.

L’une des choses importantes que l’on apprend en permaculture est la conception, car la permaculture est essentiellement un système de conception multidisciplinaire.

Les principaux obstacles sont de faire les premiers pas, de croire en soi, de croire que l’on peut le faire et enfin de croire que cela peut marcher.

Qu’est-ce qu’un jardin en permaculture ?

La première étape de la création d’un jardin en permaculture consiste à comprendre ce que cela signifie pour vous.

Cela peut paraître étrange, mais c’est la base de la création de tout type de jardin et vous aurez certainement une idée de ce que vous voulez réaliser.

Avoir un plan défini signifie que vous avez quelque chose sur quoi vous appuyer et que vos idées ont une forme et une structure et sont mises sur papier.

La planification encourage la prise de décision.

Décidez de ce que vous pouvez et voulez accomplir maintenant. Si vous repoussez le travail et les projets à une date ultérieure, vous ne les commencerez probablement jamais.

Tout jardin conçu selon les principes de la permaculture, c’est-à-dire en imitant les modèles présents dans la nature, est par définition un jardin de permaculture. Vous devez décider dès le départ dans quelle mesure vous allez adhérer aux principes de la permaculture lors de la conception du jardin.

La taille de l’espace disponible influence évidemment la conception, qui peut aller d’un potager dans une jardinière sur un balcon à un hectare entier couvert d’une forêt.

Vous devez décider du “degré de permaculture” que vous souhaitez intégrer au projet, que votre jardin ressemble à un potager traditionnel avec quelques éléments de conception en permaculture, ou qu’il s’agisse d’un projet de forêt.

paillage dans un potager

Principes de la permaculture : imiter la nature

L’étape suivante consiste à décider quels principes de conception de la permaculture vous voulez mettre en pratique ou à quel niveau vous voulez les mettre en valeur. Il est également important de choisir comment vous allez imiter la nature dans votre conception de la permaculture.

Voici quelques aspects à prendre en compte :

Essayer de garder le sol du jardin nu n’est pas naturel car la nature a tendance à remplir l’espace pour protéger le sol et, à cet égard, les plantes font du mieux qu’elles peuvent, même si elles sont souvent désignées de manière désobligeante comme des “mauvaises herbes”.

Le sol nu est compacté par la pluie, qui dégrade la structure du sol et emporte en même temps la couche supérieure.

Le fait de ne pas labourer le sol contribue à le protéger. Le labourage et le retournement du sol détruisent sa structure et exposent les couches profondes aux rayons UV et à la chaleur, ce qui tue la biocénose (le mélange de vie végétale et animale qu’il contient).

Les différentes couches du sol peuvent contribuer à maintenir le sol en bonne santé, à condition que vous ne marchiez jamais dessus.

Marcher sur le sol détruit sa structure, le compacte et empêche l’air et l’eau de pénétrer dans les racines, ce qui nuit à la santé des plantes et réduit leur croissance et leur productivité.

Reconstruire le sol – si votre sol est plutôt “mort”, avec peu de matière organique et d’humus, s’il est compacté ou endommagé de quelque manière que ce soit, il faut y remédier par des activités de reconstruction du sol.

Si cela est absolument nécessaire, le sol peut être creusé ou soulevé avec une fourche une fois pour l’ameublir, puis recouvert d’un paillis pour le protéger.

Le compost à épandre sur le sol permet de redonner vie à la terre et peut être obtenu par le buttage des massifs ou, plus rapidement, par la technique du paillage en couches.

Utilisez du compost végétal (plantes cultivées puis tondues) pour générer une grande quantité de biomasse pour pailler le sol. La décomposition des restes de plantes crée de l’humus.

Ne marchez pas sur le sol de plantation, structurez-le de manière à ce qu’il ne soit pas nécessaire de le labourer et laissez les vers de terre creuser le sol pour vous, bien plus efficacement qu’aucun homme ou machine ne pourra jamais le faire !

Stratification des plantes

Dans la nature, les plantes poussent selon une structure en couches, avec les plus grands arbres formant une canopée, les arbustes et les plantes herbacées en dessous, les plantes qui couvrent le sol dans la couche la plus basse et qui ont des racines cultivables, et enfin les plantes grimpantes qui poussent verticalement.

La reproduction de cette structure permet d’optimiser l’espace et d’augmenter la productivité d’une parcelle donnée.

La nature encourage la croissance des plantes pour protéger le sol. En fait, à mesure qu’elles disparaissent, les plantes sont remplacées par d’autres. Si vous organisez la plantation de nouvelles plantes alors que les anciennes arrivent à la fin de leur vie fruitière ou productive, vous pouvez planter en séquence pour avoir des récoltes tout au long de la saison, sans laisser d’espaces vides dans le jardin ou devoir attendre longtemps que les plantes portent des fruits.

Faites pousser plusieurs plantes ensemble afin qu’elles puissent se protéger mutuellement des éléments (vent, soleil, etc.).

Cela les aidera à créer un potager encore plus résistant. N’oubliez pas : une plante seule dans une terre nue est comme un homme debout au milieu du désert sous un soleil de plomb !

Développement vertical

Les plantes ne poussent pas seulement sur un sol plat, elles peuvent aussi pousser sur des surfaces verticales pour tirer le meilleur parti de l’espace.

Voici quelques idées :

Certaines plantes grimpantes comme les vignes et les kiwis peuvent pousser sur des pergolas, des arches, des clôtures et des treillis.

Les cucurbitacées comme les citrouilles, les melons, les melons blancs, les courgettes et les luffas peuvent pousser verticalement sur un grillage (avec des mailles assez larges pour y passer les mains) soutenu par des poteaux.

Vous savez maintenant comment démarrer votre jardin de permaculture, vous verrez on y prend vite gout et le résultat est vraiment intéressant.